“Fluctuat nec mergitur” – Battu par les flots, mais ne sombre pas

 
 
À Samuel Paty
 
Je dois tellement à l’école, à mes professeurs.
Toute mon enfance, ce lieu de savoir et d’émancipation était tenu en haute estime par mes parents.
L’école, ils n’avaient pas pu s’y rendre enfants (ou trop peu) et ils en payaient le prix. C’est une certitude, leurs enfants leur rendraient justice, qu’ils le veuillent ou non ! 
J’ai très vite expérimenté qu’il était peine perdue de chercher soutien auprès d’eux lorsque je m’aventurais à critiquer la décision de mon enseignant.
Dans leur esprit, Ils avaient sanctuarisé l’école au même titre que la mosquée et nous l’ont bien signifié à mes frères et sœurs !
 
J’ai en mémoire un épisode précis de ma scolarité.
En classe de CE2 nous avions étudié la reproduction. Comme nombre de familles de culture musulmane, nous n’évoquions jamais ces sujets-là jugés « impudiques ». Dieu permettait toute chose et notamment la naissance d’un enfant. Cette explication elliptique m’était donnée avec comme message subliminal de ne pas trop les questionner à l’avenir sur la thématique. Je me souviens de ma gêne extrême en classe et de mon trouble au moment de devoir apprendre mes leçons dans la perspective de l’évaluation.
Fébrile et à la fois curieux de connaître la réaction de mon père quand il apprendrait que désormais “je sais” , je lui ai fait part de ma consternation qu’on nous ait appris cela à l’école et que je me faisais un devoir de boycotter le contrôle !
Reconnaissant, je pense, envers l’éducation nationale de lui avoir évité l’embarras de traiter du sujet avec moi, mon père m’a regardé puis m’a simplement indiqué que si c’était au programme et bien je me devais d’apprendre parfaitement ma leçon et qu’il attendait avec impatience ma note !
J’ai alors compris ce jour que croyance et savoir ne s’opposaient pas. Bien au contraire, ils communiquaient, s’interrogeaient, s’enrichissaient.
 
J’ai pu ainsi tout au long de mes (longues) années d’études, densifier ma pensée, gagner en autonomie, m’arracher aux déterminismes sociaux et schémas de pensée prédéfinis.
Aujourd’hui enseignant, je mesure chaque jour ma responsabilité et la confiance qui m’est témoignée par l’institution scolaire et les parents d’élèves.
J’ai coutume de dire que nos élèves sont nos principaux « collègues de travail ». C’est un privilège, vraiment ! Rares sont les professions où chaque matin (ou presque), vos collègues vous sautent dans les bras à leur arrivée, vous offre leurs sourires rayonnants et portent sur vous un regard mêlé de respect, d’attente et d’affection.
Toutefois, les journées sont denses, âpres, exténuantes parfois.
Face au défi d’accueillir chaque élève dans sa singularité, il nous faut nous réinventer, penser des axes de travail ludiques et originaux, contre balancer les tensions, apaiser les souffrances.
Malgré tout, parce que le parcours scolaire d’un élève est semé d’embûches, on est parfois pris d’une immense lassitude, enclin à l’agacement et au découragement quand ce qui a été construit patiemment avec lui semble s’écrouler.
Et pourtant, nous gardons le cap, remobilisons nos forces et poursuivons ce puissant travail de fond : celui d’éduquer des générations d’enfants.
 
Au lendemain du terrible l’attentat perpétré à Conflans-Sainte-Honorine ayant coûté la vie au collègue Samuel Paty, j’éprouve comme tous les français et notamment les français musulmans, oui tous ! (Les quelques scélérats qui ont pu justifier sur les réseaux sociaux, l’infâme, l’irréversible, ne sont que misère) j’éprouve une profonde douleur, une profonde tristesse, une profonde fatigue. Je sais hélas que notre participation active à construire une société apaisée, solidaire, respectueuse est mise en doute. Toutefois, l’enseignant que je suis, habitué à faire, sans savoir que c’est impossible, se relève déjà conscient que l’arbre qui tombe fera toujours plus de bruit que la forêt qui pousse.
 
 
Par Sufyan Ibn Mohammed
 
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.