par Agnès

“Bonsoir, l’AREN93, l’association des rééducateurs-trices de l’EN (les maîtres G …encore en sursis) cherche les collègues qui ont obtenu la “formation”CAPPEI le 93 pour la rentrée 2017 : vous/ vos amis /vos collègues…

Merci de prendre contact par mail à l’adresse suivante : aagnesu@hotmail.com pour info /échanges et mobilisation sur le sujet.

Merci pour votre aide !

Agnès Laroche administratrice de l’AREN-93

Depuis leur création en 1990, les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Élèves en Difficultés (Rased) ont fait l’objet de très peu d’étude alors que leur efficacité a souvent été questionnée dans le débat public. Celle  de l’IREDU (Institut de Recherche de l’Education) intitulée de Claire BONNARD, Jean-François GIRET et Céline SAUVAGEOT intitulée ”  Quels effets du passage en Rased sur le parcours scolaire des élèves ?” parue en février 2017 ne leur est pas très favorable.

Au contraire, quand on veut se débarrasser de son chien, on dit qu’il a la rage. L’article de Paul Devin sur Médiapart  montre point par point comment cette étude essaie de discréditer les RASED en obtenant, au final, l’effet inverse que celui escompté.

Le plus curieux étant que cette étude a été présentée au cours d’un colloque autour de “l’évaluation, levier pour l’enseignement et la formation” en janvier 2017. Comment ont-ils pu passer de l’évaluation à cette critique des RASED. On pourrait croire que l’aide apportée aux élèves par les réseaux fausserait les résultats des évaluations. Mais il y a certaines choses que l’évaluation ne peut mesurer telle que la prise de confiance en soi ou le bien-être psychologique que peut procurer ce genre d’aide. La tendance n’est plus à de l’aide  individualisée en petit groupe mais plutôt à de l’aide personnalisée dans la classe qui ne peut être que ponctuelle car comment individualiser pour 25 élèves quand l’enseignant est seul à gérer.

Cette approche managériale de l’enseignement où seuls les résultats comptent est très loin de la bienveillance prônée par l’institution.

Après avoir été supprimés sous la présidence de Nicolas Sarkozy et partiellement remis sur le terrain par le gouvernement de François Hollande, les RASED (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficultés) sont de nouveau menacés par un projet de circulaire de mission.

Ils permettent au sein de l’école d’apporter une aide individualisée à tous les élèves en difficultés sans que ceux-ci ne soient forcément handicapés. Cette aide peut être faite dans la classe comme en dehors de la classe, toujours en concertation avec l’enseignant de l’élève.

Le projet de circulaire “relative à la formation professionnelle spécialisée et au certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive”  sera discutée le 26 janvier au CSE. Il rencontre l’opposition des associations de maîtres référents car il touche aux modalités même de recrutement en les dé-professionnalisant et médicalisant de plus en plus les difficultés scolaires.

Vous trouverez ici le communique-de-presse de la Fédération Nationale des Associations des Rééducateurs de l’Education Nationale (FNAREN).