Vers une privatisation de l’enseignement

Le manque de reconnaissance, des conditions pas forcément attractives font que l’EN peine  à recruter suffisamment de professeurs pour faire face aux besoins. Elle a donc recours de plus en plus à des contractuels ou des vacataires.

Evolution du recrutement des contractuels de 2004 à 2013

graph_ni_2015_enseignants_non_titulaires_second_degre_public_416687

Source : ministère de l’Education Nationale

Peu voir pas formés, ils ont le gros avantage d’être une main d’oeuvre moins chère et plus malléable. Pour l’avoir vécu, moi-même en ex-contractuelle, il y avait 250€ de moins entre mon salaire de contractuelle et celui de stagiaire pour le même travail et les mêmes horaires, la précarité en plus…

teach-for-finance

 

Pire, selon l’UFAL (Union  des Familles Laïques), certaines organisations parascolaires en profiteraient pour privatiser l’enseignement en proposant leurs propres “mercenaires du professorat”. L’exemple flagrant ci-dessous avec “Teach For France”.

 

 

Et vous que pensez-vous de cette privatisation rampante ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.